SUNDAY VANI ne subira pas le sort d’ADVANCE.....
Comptez sur nous

Je sais que M. Harish Boodhoo a l’habitude de parler et écrire en paraboles. Il cite plusieurs exemples. D’ailleurs ses anecdotes et autres exemples comme – “la queue bouge li-chien / carapattes change li-chien / cyclone ki graine mangues vert et pas mangue mûr / introduire mangooste dans poulailler / faire li-chien veille saucisse etc, etc” sont légion maintenant. De ce fait, il a cité cinq exemples concrets de dictatures et leurs retombées lors de son éditorial dans la dernière édition de SUNDAY VANI. Que veut-il dire? La dictature est-elle à la porte? Il faut qu’il le dise clairement. N’oublions pas que les mauriciens tardent à réfléchir et agir. Merci de nous avoir guidés jusqu’à l’heure. Nous ne laisserons pas mourrir SUNDAY VANI. Comptez sur nous. Il ne subira pas le même sort que celui d’ADVANCE.
TARIQ ALI HUSNOO - Vallée Pitot

= = =
Nous ne devons laisser personne détruire SUNDAY VANI

Sunday Vani est notre porte-parole, la voix des sans-voix, des démunis et des opprimés de la société mauricienne. Ce journal s’est toujours battu pour défendre les intérêts de la masse, des travailleurs. Cet hebdomadaire a une constance et offre aux lecteurs une masse de données dans diverses matières, chaque dimanche matin. Le but principal est d’informer et instruire ses lecteurs tout en les divertissant. 
Mais le plus important, c’est cette voix qui défend la cause des faibles, des démunis et des opprimés de notre société. Le devoir d’un journal est aussi de faire des critiques objectives, à montrer les lacunes et dénoncer les scandales. Quand le gouvernement et l’opposition subissent des remarques ou des commentaires défavorables, ils doivent “agree to disagree”. Puisque c’est un exercice normal dans toute démocratie. D’autant qu’ils disposent de tout un arsenal légal pour se défendre et obtenir réparation en cas de diffamation et diffusion de fausses nouvelles. 
Aussi, c’est malveillant et ‘cheap’ de la part du gouvernement de Navin Ramgoolam d’user du pouvoir à sa disposition pour engager un boycott grossier et injustifié contre SUNDAY VANI en lui privant d’annonces gouvernementales qui d’ailleurs sont payées avec l’argent des contribuables. Les lecteurs et les Mauriciens en général doivent soutenir SUNDAY VANI et doivent condamner sans hésitation et sans réserve cette campagne malsaine et haineuse de certains, aujourd’hui au pouvoir et qui veulent faire disparaître SUNDAY VANI des kiosques à journaux. Il ne faut pas que leur triste dessein se réalise car, plus on a de titres dans le pays, mieux se portera notre jeune démocratie.
Jean-Pierre Armand Raboude - Roche Bois
= = =
Dites ce que nous les lecteurs de SUNDAY VANI devrions faire maintenant

Ces quelques lignes vont choquer M. Harish Boodhoo. C’est lui qui a créé le monstre qui veut maintenant détruire un journal aussi respecté que SUNDAY VANI. Indiscutablement, M. Boodhoo a des milliers de fanatiques “Boodhooistes” dont je fais partie, à travers tout le pays voire dans chaque circonscription. Tous ces serviteurs semblent avoir été délaissés par M. Boodhoo. Son absence lors des dernières élections en dit long et a joué en faveur de l’équipe actuelle qui gouverne. Je lui avais téléphoné à plusieurs reprises pourqu’il puisse nous guider avec son mot d’ordre. Je ne sais pas les raisons réelles qui l’ont retenu. Avec un seul bon meeting public, M. Boodhoo aurait empêché les bourreaux qui veulent maintenant détruire notre journal SUNDAY VANI. Quoi qu’il arrive, nous sommes toujours là pour lui prêter notre assistance. Oubliez votre erreur M. Boodhoo ((pour avoir porté les bourreaux à la tête du gouvernement)), et dites nous — ce que nous devrions faire maintenant.
PANKAJ RYE RAMLAGUN - Holyhood
= = =
Ki Faire Navin Oulé Ferme Sunday Vani?
Mo finne choquer pou appranne ki gouvernement oulé ferme lagazette SUNDAY VANI. Mo rapelle dans qui condition SUNDAY VANI ti prend naissance. Parce qui nou pas ti éna ène lagazette convenable pou exprime nou la voix. Vraimême coumma bhai Harish finne écrire dans SUNDAY VANI de dimanche 21 août, Dr Navin Ramgoolam pé donne signe banne Bokassa, Amine Dada ek lézotte dictateurs l’Afrique. Nous tous conner qui dominère pas bon, et li fini bien mal. Mo chagrin qui advance qui ti amène la lutte pour l’indépendance et qui ti ène journal de banne la masse et créer par Chacha Ramgoolam finne bizin vane so l’emplacement historique. Et la personne concernée c’est pas lotte qui Dr Navin Ramgoolam. Li triste ça qui finne arriver avec Advance. Navin ti bezoin préserve pas sèlement le bâtiment historique de la rue Dumas qui ti associer avec le vrai parti Travailliste, mais aussi le journal li même. Azordi nou trouver qui li pé fer ène lotte crime en voulant touye SUNDAY VANI! Qui so problème? Qui faire li per Bhai Harish coumça?
Noorani Abdool Sheik Hussein - Plaine Verte

Notre part du gâteau pour les prochaines élections municipales

L’élection du 3 juillet dernier a vu la contribution des partis formant l’Alliance Sociale, dont le parain apprenons-nous est aujourd’hui l’ennemi juré du nouveau gouvernement, et maintenant chacun cherche sa part du gâteau. Nous avons eu le plaisir de lire, à travers les journaux du week-end que chaque communauté commence à crier à haute voix. La communauté musulmane trouve déjà qu’elle a été victimisée depuis 1983, même pendant le règne du MMM durant les périodes 95-2000 et 2000 à 2005 ou avant. Des représentants de la communauté chinoise en sont las d’attendre également. Ils sont impatients. Ils s’attendent eux aussi à leur part. Ils sont rejoints par le très solide mouvement des Frères Michel qui eux malheureusement, s’estiment victimes de l’attribution de tickets dans les circonscriptions trop risquées, même impossible lors des dernières élections. Pourtant ils étaient des anciens élus et formaient même partie de l’ancien gouvernement. L’Alliance sociale, semble dire le cher Sylvio, les avait envoyés au suicide. Alors, le très sérieux Sylvio demande qu’il remplace le Pélé de l’ancien gouvernement. Il ne demande pas mieux que le bon docteur Navin Ramgoolam lui donne la couronne même. Il veut être président de la République. N’en déplaise aux autres, il dit qu’il a contribué énormément à la victoire et doit être consolé pour avoir été sacrifié même s’il a été aussi courageux à faire face à un Maradona de la politique locale. Rendons-nous compte qu’il ne demande rien pour son fils ou le cher Armance – deux autres perdants! Ne dit-on pas, “si moi mo mangé, les autres zotte ventres plein”.
Alors, l’Alliance Sociale doit maintenant trouver solution à toutes les demandes. Elle a donné au dirigeant du Mouvement Républicain, Rama Valayden le poste d’Attorney General au détriment de Panglose. Mais le bouillonnant Rama peut malheureusement créer des enviés, vu le succès qu’il récolte de par sa médiatisation sans répit. Il peut devenir génant pour d’autres élus. Il faut accepter que la stratégie d’attente marche à merveille pour l’Alliance Sociale, puisque les élections municipales sont à la porte. Déjà qu’on a offert le transport gratuit et baissé les prix du lait en poudre. La distribution n’est pas complète. L’électorat doit se préparer pour les élections municipales et autres conseils de village. Rassurez vous, ce ne seront pas des “gousses électorales”. C’est seulement ce que donne l’Alliance Sociale qui est autorisée en période électorale. “Fais ce que je dis, mais pas ce que je fais”. 
Alain Lindsay Mirtille - Souillac 

L'aile féminine de la GTU
Ne cachons pas la vérité!

Les enseignantes dans les écoles primaires du pays ne comprennent pas la raison pour laquelle leur syndicat essaye de les mener en bateau en parlant du lancement de l'aile féminine de cette même organisation. Nous soulignons ce point parce que cela nous surprend énormément dans la mesure où cette structure a bel et bien existée au syndicat depuis une vingtaine d'années.
Le public dans le pays devrait être au courant de l'aile féminine de notre syndicat car elle s'est fait le devoir d'organiser des activités chaque année depuis sa mise sur pied vers la fin des années 70. On sait que des sorties, des séminaires, des visites, et la célébration de la Journée internationale de la femme ont toujours eu lieu et que de nombreux membres y ont pleinement et régulièrement participé.
Nous sommes surprises d'entendre parler du lancement de l'aile féminine de la GTU car on ne lance pas une structure qui existe déjà. On aurait pu parler de relance et cela aurait été plus acceptable et compréhensible de la part de la nouvelle équipe dirigeante. En occultant le fait au sujet de l'existence de l'aile féminine, on peut vouloir dire que le syndicat a pu mener ses activités et surtout faire des revendications sans l'appui des femmes enseignantes alors que cela est totalement faux. L'aile féminine du syndicat a assumé pleinement son rôle durant des années et cela a permis au syndicat de réussir dans ses activités.
Nous connaissons des enseignantes qui ont été à la pointe du combat syndical aux moments difficiles de la lutte durant de longues années et nous ne pouvons tolérer qu'on vienne aujourd'hui mentir en faisant accroire que c'est maintenant qu'on lance la Ladies' wing de la GTU. Cela représente une insulte pour toutes les enseignantes qui se sont données la peine d'organiser et de participer aux activités syndicales pendant presque vingt ans. Nous ne comprenons pas la raison pour laquelle le syndicat a recours au mensonge sur la question et nous espérons qu'il corrigera cette erreur de taille.
Nous vous saurions gré de bien vouloir publier cette précision utile pour toutes les enseignantes et pour tous les membres du syndicat. 
Reshma Bissessur,

Le lancement de la GTU’s Ladies Wing

La Ladies Wing de la GTU a été lancée au Teachers Centre de Quatre Bornes le samedi 13 août dernier. Mais l'ironie veut que la GTU avait déjà une Ladies Wing depuis des années, tout comme le Youth Wing qui existe depuis des années. Donc, on ne lance pas une institution qui existe déjà. 
Le président de la GTU avait fait une déclaration au sujet de la création d'une aile féminine lors de la campagne électorale de la GTU. Comment peut-on créer une institution qui existe déjà? 
Dans le passé, la GTU’s Ladies Wing s'était mise à oeuvrer pour l'avancement des enseignantes sans tambour battant. Parmi les anciennes combattantes de l'aile féminine de la GTU - citons Mme Sewram, Mme Bheekharee, et tout dernièrement Melle Reshma Bissesur. Elles s'étaient dévouée à la lutte en faveur des enseignantes sans inaugurations. Aujourd'hui, les enseignantes veulent que leur sort soit amélioré dans au quotidien. Elles ne veulent pas d'un syndicalisme de salon mais d'un syndicalisme vindicatif comme aux temps de Naidu et de Lollbeeharry. 
La GTU aurait mieux fait de lutter pour l'augmentation des allocations du NLNS et ramener I'heure du départ à 3 heures comme promis par les dirigeants actuels. 
La GTU devrait aussi lutter pour alléger le fardeau des GP Teachers au lieu d'organiser fêtes et inaugurations. La GTU est en train de dévier des idéaux des fondateurs de ce puissant syndicat qui aujourd'hui fait pâle figure. Et c’est dommage pour les enseignants qui vont être les vrais perdants.
LES ANGES GARDIENS - 18.08.05

Les conseillers du gouvernement

En lisant les résumées des travaux parle-mentaires; le public a appris que suite à une question de Françoise Labelle, le gouvernement du Dr Navin Ramgoolam avait employé 215 conseillers. Cette année, le député Reza Issack eut comme réponse du Dr Rashid Beebeejaun, pour une même question que le gouvernement sortant avait embauché 277 conseillers. Ce qui représente une augmen-tation de 62 sur un total de 215 ou presque 29%. Malheureusement, personne ne questionne l’apport de ces conseillers dans le processus de développement du pays.
Les hommes puissants du pays ne devraient pas seulement caser des amis mais choisir des cadres avec un travail précis. Ainsi, après l’expiration des contrats, ils peuvent fondre dans la nature. L’argent des contribuables serait ainsi judicieusement servi. Ceci s’applique aussi aux frais de déplacements de nos représentants lors de missions à l’étranger. Peut-être que l’on pourrait mieux servir le pays et économiser en cette situation financière contraignante dont parle le ministre Sithanen.
Anirao Devjee Balloo 
Baie du Cap

Soyons sérieux M. Yatin Varma

M. Yatin Varma, un backbencher du gouvernement pose une question au parlement. Il veut savoir ce qu’a coûté la candidature de Jayen à l’O.M.C. C’est pas sérieux M. le député. Nous ne vous avons pas envoyé au Parlement pour ridiculiser quiconque mais pour le développement du pays.
Si tous les pays africains auraient donné leur soutien unanime, tout le continent noir et l’île Maurice en seraient fiers de ce succès. On aurait crié avec fierté la titularisation d’un fils du sol au niveau mondial. Au niveau africain, on a déjà eu le docteur Pregassa Ramsamy et Vijay Makhan. Le pays dépense beaucoup avec les athlètes au niveau mondial. Personne ne pose des questions sur leur coût. Le prestige coûte cher. N’avons nous pas été fiers de la présidence de l’île Maurice pendant l’année écoulée. Le docteur Navin Ramgoolam, n’a--il pas déclaré à la SADC – “Maurice a fait de son mieux pour faire progresser le processus de convergence et d’intégration”. Cette déclaration est une fierté pour le pays.
Si l’île Maurice avait obtenu le vote de la majorité, ce ne serait pas seulement Jayen Cuttaree, ou que l’île Maurice, mais l’Afrique toute entière qui serait gagnante. Ne le croyez-vous pas M. le député? Vous avez beaucoup mieux à faire. Nous connaissons votre sérieux. Laissez de telles questions à d’autres et nous serons fiers de notre représentant.
Raju Murugan Sawmy - Mont Roches

SOS Courtoisie Et Savoir Vivre Sur La Route!

Merci de bien vouloir publier ces quelques lignes pour informer le public du manque de courtoisie et de l’arrogance de beaucoup de conducteurs.
Il n’y a plus un instant à perdre. Il est plus que temps que la police prenne les choses en main. Et comme charité bien ordonnée commence toujours chez soi, alors je pense que les officiers de police devraient commencer par sécuriser le public en montrant plus de courtoisie et de savoir vivre au volant.
Malheureusement, les bonnes manières ne se vendent pas au marché central. Les autorités ne doivent pas s’acquitter que de l’émission d’un permis de conduire au citoyen.
Il est impératif de proposer des stages visant à parfaire le comportement des conducteurs, toutes catégories confondues. Beaucoup d’accidents auraient ainsi pu être évités si les comportements étaient à la mesure des situations.
Je roule à travers l’île nuit et jour. Et les conducteurs les plus mal élevés sont bien souvent les sieurs et dames au volant de luxueuses berlines et voitures de sport.
Il y a un tel décalage dans les comportements des conducteurs qu’on se demande bien souvent si les impolis ne seraient pas en fait, des imposteurs ayant récupéré des voitures de luxe.
Somme toute, il est plus que temps que les citoyens apprennent à se comporter dignement. Hélas! Cela ne se réalisera jamais tant que les autorités ne voudront pas se pencher sérieusement sur ce problème. C’est une honte pour le pays vis à vis des visiteurs qui sont plus que choqués par la brutalité et verbale et physique des automobilistes. Un SOS s’impose et les autorités policières sont concernées en premier. Il faut une loi pour sévir contre le manque de civisme sur les routes.
Mahendranath Hari Rajman - Fond du Sac